"Fonctionnement du service de comparaison"

Frais bancaires : 60 millions de consommateurs publie une étude sur les banques

Dernière mise à jour : 29/10/2017 - Publié le 29/10/2017
Publié le 29/10/2017

L'association 60 millions de consommateurs et l'UNAF (Union nationale des associations familiales) ont publié une étude en octobre 2017, sur les frais bancaires et les abus de certaines banques sur des "clients en difficulté".

L'étude n'a pas pour objet de remettre en question le paiement des agios ou des frais bancaires. Non. Elle veut "alerter sur ces pratiques qui ne font qu’enfoncer les clients dans leurs difficultés financières", et ce qui peut les mener dans une spirale sans fin.

Décrit comme "une ahurissante mécanique de tarification", sont ainsi dans le viseur de l'étude :

  • Commissions d’intervention,
  • Frais de rejet,
  • Lettre d'information pour compte débiteur.

Que dit l'étude et sur quoi se base-t-elle ?

L'étude se base sur des centaines de relevés qui ont été passé au crible par l'association de consommateurs.Elle avance plusieurs points qui sont résumés ici :

  • Les montants prélevés annuellement sont importants et varient énormément en fonction des profils :
    • "34€ de frais liés à un solde débiteur" : c'est la moyenne présentée pour un client "standard",
    • "296€" : c'est la moyenne pour les "consommateurs en difficulté" et + de 500€ pour 1 foyer en difficulté sur 5. On se retrouve bien ici avec des moyennes proches de ceux présentés dans l'étude sur les meilleures banques en France par Bankin'.
  • L'automatisation des prélèvements : ce mécanisme semi-automatisé est présenté par l'étude. "La plupart du temps, l’ordinateur propose la tarification et le conseiller l’accepte, car la refuser nécessiterait une justification. Au bout de dix commissions, le plafond légal est atteint, et la banque passe alors aux rejets des paiements."
  • Le maximum légal est souvent choisi par les banques : "à l’exception notable de la Banque postale et des banques en ligne",
  • Une marge présentée comme "indécente" : selon les estimations portées par l'étude - "30 à 35 % du chiffre d’affaires des banques de détail, soit 6,5 milliards de chiffre d’affaires chaque année",
  • Des tensions en agence ? C'est sur le climat qui s'installe entre clients et conseillers autour de ses frais que porte le dernier point de l'étude.

Pour plus d'information sur cette étude, rendez-vous dans le magazine 60 millions le mag de novembre 2017.

Une étude de + à lire avant d'ouvrir un compte bancaire sur Internet, de rechercher un compte en ligne sans dépôt, ou regarder de plus près les offres de cartes bancaires gratuites.